Commandes de base et arborescence de travail (Aurélie)

ETAPE 1 : Application des commandes de base à maîtriser

La commande mkdir :

Nous utilisons ici la commande mkdir pour la création de trois répertoires. Nous vérifions que cela ait bien fonctionné en vérifiant avec la commande ls

essai

La commandes touch :

On se dirige dans le répertoire TEST1. On utilise la commande touch pour créer des fichiers. Problème : un fichier semble ne pas se créer : ./TEST1/vide2.txt

2

On vérifie tout de même si les autre fichiers se sont créés, et c’est le cas.

Après réflexion, on pense que le problème viendrait du fait que, étant déjà placé dans le répertoire TEST1, le « ./ » n’est pas utile, on créée donc le fichier vide2.txt de la même manière que le fichier vide1.txt

Les commandes echo et mv :

3

Maintenant que les fichiers sont créés, nous pouvons y mettre du contenu, grâce à la commande echo. A la suite de cela, il nous est demandé de renommer le fichier grâce à la commande mv. Au passage, on veut en savoir un peu plus sur cette commande par le biais une commande d’aide « –help » qui a l’avantage d’être en français… mais ne semble pas aussi complète que le « man ».

La commande cp :

4

La commande cp permet d’une part de copier un fichier dans le répertoire TEST1 et de le coller directement dans le répertoire TEST2, d’autre part, elle permet aussi de copier le contenu d’un fichier dans un autre.

La commande cat :

5

La commande cat permet de mettre dans un fichier, et créée le fichier s’il n’existe pas encore, ce qui le cas ici.

La commande ls :

6

La commande ls seule permet de voir le contenu d’un répertoire.

Il est possible de rediriger les données dans un fichier avec un chevron. Le double chevron permet d’ajouter du texte sans écraser le texte préexistant.

En revanche, la commande lsd n’existe pas, rien ne s’ajoute au fichier liste.txt. Néanmoins, un fichier erreur.txt se crée tel que le montre l’illustration suivante :

7

Et pour finir…

8

Par la suite, nous copions le fichier liste.txt dans le répertoire TEST2. Le fait d’utiliser deux chevrons permet d’ajouter du texte, sans écraser le fichier.

La commande rm nous permet de supprimer un fichier, nous vérifions s’il a bien été supprimé.

La commande rmdir permet de supprimer un répertoire, les « .. » permettent de remonter au dossier parent. Enfin, nous vérifions si le répertoire TEST 3 a bien été supprimé… Mission accomplie.

Les commandes less et more:

 10 11

La commande less permet d’afficher le contenu d’un fichier sans « encombrer » le terminal, plus pratique si le fichier est long. La commande more permet aussi d’afficher le contenu d’un fichier, directement sur le terminal.

ETAPE 2 : Création de l’arborescence de travail

Maintenant que nous nous sommes fait la main avec les commandes de base dans un environnement Unix, nous créons notre arborescence de travail, qui va nous permettre de nous organiser pour le projet :

9

Publicités

Un commentaire

  1. tal-p3 · octobre 20, 2015

    prêts à coder pour le projet !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s